Edito de la semaine : Les projets inutiles

editodelasemainelesprojetsinutiles_les-projets-inutiles.jpg
Contenu

Nous vivons une époque qui aime faire requestionner le sens des mots pour semer le doute
Troubler l'opinion publique, la diviser, créer du malentendu
et dans la confusion faire avancer la grande cause de l'intérêt privé


Une époque où l'on s'amuse maintenant à réécrire les dictionnaires
Changer la définition des mots pour leur faire dire le contraire
Essentiel/Non essentiel, Utile/Inutile

Notre système nous a amené à remettre en cause les logiques les plus basiques
et le peu de certitudes qu'il nous restait sont remises en débat
Dès lors, ce n'est plus la logique qui nous guide mais l'inutile

On ne se nourris plus de l'essentiel depuis bien longtemps mais du superflu
Un phénomène devenu une mode, un remède à l'ennui,
puis carrément un somnifère

Celui qui nous endort au moment de nous réveiller
et qui jette un voile sur l'urgence et les priorités
La logique est perverse : Comment régler un problème en aggravant afin de créer de nouveaux problèmes qui justifieront de nouveaux projets inutiles ?

De Vastes projets, couteux et destructeurs
Qui n'apportent rien
Si ce n'est d'accélérer le phénomène de bétonisation des terres

On estime à 10% le territoire français déjà artificialisé
On pourrait donc accompagner les transitions en mettant fin à l'artificialisation des terres
Mais non, ce sont surtout des terres agricoles ou naturelles qui sont concernées par les grands projets

Car grand projet s'accompagne bien souvent d'études sur l'impact environnemental inexistantes.
C'est inquiétant, surtout quand on sait que les grandes villes ont une autonomie alimentaire de 3 jours...
et que l'on appauvrit toujours plus les sols de nos campagnes

Des projets qui vont se déployer sur des années à coup de millions et d'effacement de zones naturelles
Pour laisser une empreinte indécrottable
Des projets archaïques qui ne correspondent en rien aux enjeux de notre époque mais qui impacteront sur les suivantes

Qui ne servent à rien
Si ce n'est servir des intérêts privés au détriment du bien commun

On dit aussi de l'inutile ce "qui dans une situation difficile sait que tous ses efforts seront vains"
et pourtant ce sont ceux qui s'opposent à ces projets inutiles qui goûtent le mieux à cette définition.

A l'inverse, l'utile se dit de ce qui est obligatoire, indispensable, qui doit être fait, qui s'impose,
et ce sont justement les arguments utilisés par ceux qui défendent leurs projets inutiles

Au royaume de la contradiction, plus rien n'a de sens
seulement le contre sens
car
Avec toutes ces conneries
On a même transformé des zones protégées en zones à défendre...

Date de publication 16.11.2020