Edito de la semaine : le patrimoine collectif

LEditoDeLaSemaineLePatrimoineCollectif_roue.jpg
 

Pour se faire une idée de l’Histoire des Landes de Gascogne à travers les siècles voire les âges, on a de quoi faire, que l’on soit de passage dans la région ou que l’on y vive depuis plusieurs générations.

Le département cartographie 16 musées dédiés au patrimoine landais et/ou à la vie rurale dans les Landes. Mais on en recense le double si on compte toutes les maisons et les musées thématiques qui répertorient, mettent en scène, valorisent les coutumes du territoire d’hier à nos jours.

Du préhistosite de Brassempouy au Musée de la faïence et des arts de la table de Samadet, en passant par l’écomusée de Marquèze, celui de l’Armagnac à Labastide-d’Armagnac, le musée de l’hydraviation de Biscarrosse, celui de l’Hélicoptère à Dax, le musée de la vie rurale de Laluque, le musée de la Chalosse, la Maison de l’oralité et du patrimoine, celle de la photographie, le musée des vieux outils, celui des chasses traditionnelles, la maison de la vannerie ou encore le musée de la batellerie et de la pêche à Port-de-lanne…

Et la liste continue !

Ces musées et maisons ont comme mission d’inventorier, d’étudier, de conserver, d’enrichir et de promouvoir le patrimoine landais. Avec pour but évident de rendre accessible l’ensemble de ces ressources au plus grand nombre.

Derrière cette collecte et cette valorisation d’un patrimoine collectif, il y a une démarche de compilation des traces qui se veut exhaustive.
Parce le but est de constituer une mémoire collective.
Garder des liens entre passé et présent.
Cette valorisation patrimoniale nous pousse à questionner notre place individuelle au sein d’un collectif
et aussi à mettre en perspective l’existence humaine à l’échelle globale.

En valorisant le patrimoine, on accepte de recevoir et de transmettre tout en nos confrontant à notre mortalité.
Cette valorisation met en évidence un avant et un après.
Patrimoine et mémoire provoquent un questionnement identitaire qui est nécessaire à notre propre construction en lien avec notre passé, notre mémoire, et par rapport à la trace laissée dans les histoires individuelle et globale.

Le patrimoine c’est une notion fabriquée : un certain regard posé sur un objet pour se l’approprier collectivement.
L’être humain a besoin de se créer sa propre culture, le patrimoine est une éducation pour l’humanité.

Claire Guillon, « La notion de patrimoine : enjeux historiques et problématiques culturelles – Présentation », Carnet de recherche, 19 avril 2015 [en ligne].<iframe width="100%" height="120" src="https://www.mixcloud.com/widget/iframe/?hide_cover=1&feed=%2Fhapchot%2Flinterview-de-la-semaine-helena-poggi-mus%C3%A9e-de-la-chalosse%2F" frameborder="0" ></iframe>

 
Date de publication 18.05.2022